Le Portail pour vous informer sur la Bourse

Comprendre le scandale financier Wirecard

 

Depuis quelques jours, la finance allemande et l’entreprise Wirecard, spécialisée dans les services de paiement en ligne, font parler d’elles. Au cœur de cette actualité, une fraude comptable d’environ deux milliards d’euros. Un coup dur pour le pays, quelques années seulement après le scandale Volkswagen. Pour les spécialistes, un problème inévitable au sein d’une finance allemande dérégulée.

 

Un choc pour une économie allemande bénéficiant d’une bonne image

Le 18 juin, la start-up allemande à succès Wirecard (6 000 salariés et 26 succursales dans le monde) a annoncé qu’elle repoussait la publication de sa comptabilité pour l’année 2019. Pourquoi ? Parce qu’un trou de 1,9 milliard d’euros venait d’être remarqué. Le problème, c’est que cette somme n’a probablement pas disparu. En réalité, elle n’aurait jamais existé.

Résultat, Wirecard s’effondre en bourse alors que les investisseurs craignent le pire. Une réaction extrême selon certains, surtout lorsque l’on considère la bonne santé de l’économie allemande. Cependant, il suffit de suivre la finance pour savoir que l’économie allemande et la finance allemande n’ont rien à voir. En Allemagne, la finance est beaucoup moins surveillée et soumise à l’austérité. Résultat, les arnaques et les fraudes y sont très nombreuses.

 

Une fraude du patron de la firme ou des banques aux Philippines ?

Quand le cabinet d’experts-comptables EY (Ernst & Young) a audité les comptes de Wirecard et n’a pas pu trouver les deux milliards manquants, le fondateur Markus Braun a expliqué que la somme devait se trouver sur des comptes aux Philippines dans deux banques différentes. Ces comptes permettent à l’entreprise de gérer les paiements en Asie.

Cependant, les deux banques ont déclaré n’avoir jamais travaillé avec Wirecard. La banque centrale des Philippines s’en est mêlée et a découvert que les deux milliards n’étaient jamais entrés dans le système financier du pays. Pis encore, l’avocat chargé de la gestion de ces comptes déclaré par Markus Braun a disparu depuis plusieurs semaines. Il pourrait être au cœur du scandale et la complicité du fondateur de Wirecard reste à prouver. En attendant, il a été obligé de démissionner.

 

Une mauvaise gestion des autorités financières allemandes

Si ce scandale fait tant parler de lui, c’est notamment parce qu’il révèle la mauvaise gestion des autorités financières allemandes. Alors que l’économie du pays est sans cesse mise sous pression et que les citoyens supportent l’austérité depuis des décennies, notamment à coup de culpabilisation de la dépense publique dans les besoins vitaux, la finance a le champ totalement libre.

Résultat, le scandale Wirecard n’est que le dernier d’une longue liste de fraudes qui ont permis à certains grands patrons de s’enrichir considérablement. Si les deux milliards de Wirecard ont bel et bien été détournés en quittant l’Allemagne sans que personne ne vérifie leur transfert, alors les autorités financières sont responsables d’un laxisme qui pourrait coûter la faillite de Wirecard tout en permettant à Markus Braun de finir sa vie de milliardaire au soleil.